L’art c’est savoir faire ouvrir les yeux Collège Michel Lotte-Le Palais

Trois questions à … Monique MARTINOT , ancien professeur aux Beaux-Arts de Lille, de 1970 à 1990, qui réside à présent à Belle-Île-en-mer.

Monique MARTINOT, pendant ses cinq années d’étude à l’école des Beaux-Arts de Lille. Son sculpteur préféré est BRANCUSI.

Professeur aux Beaux-Arts, qu’est-ce que c’est ? Ça consiste en quoi ?

Ce métier s’adresse à des gens qui ont choisi la discipline de l’Art. L’Art devient même une spécificité, grâce à laquelle on arrive de plus en plus à toucher l’individu. On peut se livrer à ce qu’on est vraiment ; on est entouré de gens qui ont aussi choisi ça. Aux Beaux-Arts, on a choisi sa voie.

Pourquoi ce métier de professeur aux Beaux-Arts ?

Après avoir passé mon baccalauréat, j’ai fait deux ans à l’école des Beaux-Arts de Lille. J’ai particulièrement aimé la sculpture, c’est un bonheur infini. Je n’ai pas du tout choisi le professorat, j’ai choisi cette voie pour continuer à travailler avec l’Art. Ça a été le plus beau choix de ma vie, j’étais heureuse là-bas. Finalement, c’est en faisant ce que j’aimais que j’ai été entraînée par obligation à gagner ma vie. J’ai alors décidé d’entreprendre ce métier qui m’a apporté beaucoup de bonheur. Il m’a fait découvrir la part d’artiste qui sommeille en chacun de nous !

A quoi sert l’Art aujourd’hui, à notre époque ?

L’art, c’est savoir faire ouvrir les yeux. C’est aussi faire rentrer les gens dans un monde qu’ils ne connaissent pas toujours, procurer des émotions différentes comme la surprise et le désagrément : certains aiment ou détestent Picasso. L’Art de façon générale bouscule les idées reçues, et demande une grande réceptivité du cœur et de l’esprit. Ainsi un jour en Afrique, je devais passer une frontière compliquée avec ma voiture. Les douaniers m’ont laissé passer parce que ma voiture était recouverte d’un motif à damier qu’ils ont trouvé beau, croyant qu’elle était peinte à la main ! La vie n’est pas concevable sans l’Art car c’est aussi une façon de recevoir la vie et d’essayer de bien se comporter avec elle en l’harmonisant.